Archives de catégorie : Les phrases claques

Tous les jours, choisissez votre phrase claque … et méditez la !

Madone du silence

Hommage à Bernardo Soares, employé de bureau rue des Douradores Madone, quelle façon de voir est donc la façon dont je te vois ? Dame des heures qui passent, Madone des eaux dormantes et des algues mortes, Déesse tutélaire des … Continuer la lecture

Publié dans Aragon, Fernando PESSOA | Laisser un commentaire

1ère dizaine d’Albert

– A quoi bon nous leurrer ? Nous deviendrons atroces. – En vérité nous sommes tous les conformistes de nos lendemains. – La mutation de l’homme n’est qu’une chimère car la rançon de nos vertus n’aura jamais été que l’holocauste. … Continuer la lecture

Publié dans Albert CARACO | Laisser un commentaire

Première octaine

C’est la fin du discours : comme une orange abîmée lancée très fort contre un mur par un gamin mal élevé, la MARSEILLAISE éclate et tous les spectateurs éclaboussés par le vert-de-gris et les cuivres, se dressent congestionnés, ivres d’Histoire … Continuer la lecture

Publié dans Jacques Prévert | Laisser un commentaire

Première treizaine

Je pourrais,cousant tes paupières avec une aiguille, te priver du spectacle de l’univers, et te mettre dans l’impossibilité de trouver ton chemin ; ce n’est pas moi qui te servirai de guide.

Publié dans Isidore DUCASSE | Laisser un commentaire

Première dizaine

Je puis avouer mes fautes ; mais, non, les rendre plus graves par ma lâcheté.

Publié dans Isidore DUCASSE | Laisser un commentaire

Cinquième douzaine

Regrets éternels, comme vous durez peu ! La beauté est grecque. Mais l’idée quelle est grecque est moderne.

Publié dans Fernando PESSOA | Laisser un commentaire

Quatrième douzaine

Lorsque je considère combien réel et véritable est, pour le fou, le contenu de sa folie, je ne peux que tomber d’accord sur l’essence de cette déclaration de Protagoras, pour qui « l’homme est la mesure de toute chose ». Il n’y … Continuer la lecture

Publié dans Fernando PESSOA | 4 commentaires

Troisième douzaine

En ce qui concerne la sensibilité, quand j’aurai dit que j’ai toujours aimé être aimé et jamais aimé moi-même, j’aurai tout dit. Les sociétés sont menées par des agitateurs de sentiments et non par des agitateurs d’idées.

Publié dans Fernando PESSOA | Laisser un commentaire

Deuxième douzaine

Je suis l’ombre de moi-même et je cherche ce dont elle est l’ombre. Aussi longtemps que j’ai été chrétien j’ai pensé que les hommes étaient responsables du mal qu’ils faisaient – je haïssais les tyrans, maudissais les rois et les … Continuer la lecture

Publié dans Fernando PESSOA | Laisser un commentaire

Première douzaine

QU’ILS SONT DONC INFERIEURS, ces gens qui se vouent à un idéal ! Ils ne sont supérieurs qu’à ceux qui ne se vouent à aucun. L’homme réellement supérieur est celui qui voudrait avoir des idéaux. Il ne le peut, car … Continuer la lecture

Publié dans Fernando PESSOA | Laisser un commentaire